7 44 - Récital-concert

744 Saint Antoine1

Récital concert

texte : Élisabeth Chabuel

voix :Natacha Dubois et Laura Lantez

Guitare électrique :Clément Combes

7 44 est publié par K éditions en mai 2008, avec l’aide de la Région Rhône-Alpes

PDF - 859.5 ko
Dossier de 744 (PDF)

Le texte, une performance d’écriture : 7 44

744 Saint Antoine5

« Au printemps 2004, alors qu’on parlait un peu partout de célébrer le 60ème anniversaire des événements de 1944 dans le Vercors, je propose d’effectuer une performance à la librairie Mosaïque à Die. J’ai dit aux libraires que je voulais faire une écriture quotidienne, que du 1er au 31 juillet, je voulais venir chaque matin afficher un texte que j’aurais écrit la veille.
J’ai un fort lien affectif avec le Vercors, tout particulièrement avec Vassieux, le village natal de ma mère. C’est l’endroit où elle a passé son enfance. Et c’est l’endroit où ensuite, en compagnie de mon grand-père, mon oncle, ma tante, mes cousins et leurs amis, j’ai moi aussi passé toutes les vacances de mon enfance. La forêt, la campagne étaient pleines de mystères. Il y avait un univers étrange, un univers peuplé de présences, entre autre lié à des esquisses d’histoires que m’avait racontées ma mère à propos des événements de 44 qu’elle y avait vécus. Elle me racontait à demi-mot ses petites choses d’enfant : sa paire de souliers neufs brûlée avec la maison. Un jour où après la pluie, ils s’étaient hasardés à rentrer pour se changer, et parce qu’elle avait rechaussé ses vieux souliers avant de repartir. Ou également sa poupée, fourrée dans un baluchon de linge que sa mère avait eu la présence d’esprit de jeter dans un champs à quelques pas de la maison. La maison a brûlé et c’est tout qui est resté, ce baluchon...
Elle m’a raconté des petites choses concrètes, des fragments tout en désordre. Et puis j’ai grandi et on n’a plus parlé de rien...
Au printemps 1999, pendant la guerre du Kosovo, au moment des bombardements de l’Otan, un jour à table devant l’exode des Albanais à la télévision, ma mère a subitement redit un mot pour évoquer qu’elle avait vécu un peu ça à Vassieux en juillet 44. Elle voulait comparer les événements. Pour moi ça a été une sorte de choc.
Ce mot de ma mère déclenche en moi ce début de quête que je concrétise en juillet 2004 par la performance 7 44. Je voulais retrouver ce que m’avait raconté ma mère pendant mon enfance, sur un événement vécu de son enfance, et tenter, au fur et à mesure, d’en restituer quelque chose, dans une sorte de processus ouvert.
Je suis partie sur le souvenir suivant : la famille a dû quitter sa maison, pour se cacher dans les bois. Je voulais me représenter leur survie, sachant qu’ils se sentaient traqués, donc perpétuellement sous l’emprise de la peur.
Après quelques essais, j’ai choisi d’écrire : « J’entends l’histoire » et dans cette voix (ma voix) qui dit : « j’entends l’histoire » se feraient entendre les voix de mes quatre personnages : L’enfant, La mère, Le père, et Les parents les amis. J’avais moi-même fixé mes contraintes : que chaque texte quotidien ne fasse pas plus d’une page, que chaque page soit à la fois indépendante, car des lecteurs pourraient ne venir qu’une fois, et à la fois s’inscrire dans la continuité, car d’autres lecteurs allaient sans doute revenir chaque jour. Une fois la page exposée, le texte serait comme scellé. J’ai donc écrit le premier texte le 30 juin, pour l’afficher le 1er juillet et ainsi de suite jusqu’au 31, tous les jours ouvrables de la librairie. Chaque jour, j’ai collé ma page du jour, sur la page du jour précédent. »

Élisabeth Chabuel

Note sur le choix d’un récital-concert :

744 Saint Antoine6

« 7 44 est un travail sur la mémoire, le passage de cette mémoire. Les souvenirs surgissent et disparaissent. Dire l’impossibilité de... et puis dire que tout à coup, nécessité de dire.
Parler de la guerre, mais parler de la survie humaine.
« Comment nous avons survécu ? » raconte l’enfant devenue mère à sa fille.
Et la fille écrit.

Une génération plus loin encore, nous, orateurs de nouveau (deux voix qui lisent et une guitare électrique), petits-enfants de l’enfant qui raconte ces souvenirs, nous, devenus conteurs, cherchons comment dire une fois encore. Quoi faire de ces souvenirs devenus mots.

Proposer une lecture musicale de ces bribes de souvenirs reconstruits, permet à celui qui écoute d’être de nouveau celui à qui l’on raconte. Retransmettre. Donner de nouveau l’oralité à ces souvenirs. Passer les mots de bouches à oreilles. Deux comédiennes, et puis un musicien pour plonger dans le passé, comment avons-nous survécu, nous humanité ? Et entendre l’écho comment survivrons-nous ? Cette lecture et l’univers musical que nous avons créés emportent le spectateur dans une sorte de voyage initiatique à la manière du Dead Man de Jim Jarmuch.
« Où sommes-nous ? où allons-nous ? Est-ce la vie ? la mort ? »

Le texte est écrit comme un journal, chaque page/ un jour/ une date/ un texte qui enlève un peu la poussière sur le souvenir/ la nuit qui saupoudre quelques grains d’amnésie/ et la parole toujours découvre un peu plus le souvenir/ le groupe : « La mère L’enfant Les parents les amis Le père » ont avancé un peu encore, se sont enfoncés un peu plus loin dans les bois du maquis. »

Natacha Dubois

Extrait de 7 44

Jeudi 1er juillet

J’entends l’histoire
L’enfant
Dormir dans l’abri La maison La clairière
La main serrée La main dans la main de maman Serrée la main de maman
Et la tête posée sur son ventre
J’entends l’histoire
L’enfant
J’entends l’enfant
Tête posée sur le ventre de la mère
L’enfant : Peux pas dormir Maman
Pas dans ces feuilles Pas dormir dans ces feuilles
La Mère : Dors petite Dors
La main serrée La main dans la main de maman
Serrée la main de maman
Peux pas !
Alors compte Petite Compte avec moi
Les moutons sous les pétards
Compte petite
Mouton zéro Mouton un Mouton deux
Dehors Nuit Claire comme le jour Nuit dehors
Des fusées griffent le ciel On dirait du sang
Sur les nuages Du sang
On dirait du sang sur les nuages
Mouton trois
Et papa court Papa court sous les pétards Les fusées
Mouton quatre
Traverse les bois Traverse les prés Traverse les seigles Papa court
La nuit comme en plein jour
Papa court
Mouton cinq Mouton six
Rejoindre la nuit comme en plein jour la maison là-bas notre maison quittée
Mouton sept
Papa court
Prendre quelques victuailles
Papa court sous les pétards
Les fusées avec son sac
La main serrée La main dans la main de maman
Serrée la main de maman
Peux pas !
J’entends l’histoire
L’enfant
J’entends l’enfant
Tête posée sur le ventre de la mère

Écriture inspirée d’histoires racontées par ma mère enfant à Vassieux en Vercors en juillet 1944


Documents joints

Dossier de 744 (PDF)
Dossier de 744 (PDF)
Dossier de 744
Dossier de 744

Articles publiés dans cette rubrique

dimanche 18 mai 2008

L’équipe

texte de Élisabeth Chabuel

avec : Clément Combes (guitare électrique), Natacha Dubois (voix), Laura Lantez (voix).

vendredi 22 août 2008

presse

Articles sur le spectacle et la publication du texte.