Conter à l'infini >

Va, vis et deviens

Le projet pédagogique

Le projet pédagogique Va, vis et deviens ! résulte d’une collaboration entre Elisabeth Chabuel (auteure, dramaturge) et Natacha Dubois (metteure en scène, commédienne) au cours d’ateliers d’écriture et de théâtre réalisés avec une classe de CM2 de l’école Villancourt et une classe de 6ème du collège Moucherotte (désormais Nelson Mandela) du Pont de Claix.

Il s’articule autour du thème de la légende et des notions d’oralité et d’écrit. Qu’est-ce qu’une légende ? Quelle est la place de l’oralité dans la création de légende ? Pourquoi conservons nous certaines histoires et pas d’autres ? Et surtout, de quoi souhaitons-nous nous souvenir pour grandir ?

Le projet a été mis en place en plusieurs étapes au cours desquelles les élèves ont pu successivement expérimenter les rôles de spectateurs, auditeurs, conteurs, auteurs et commédiens. Au fil des ateliers, les élèves ont eu l’opportunité de découvrir l’intégralité du processus de création artistique, de la recherche à l’écriture, puis du texte au plateau.

Les élèves ont d’abord assisté, à l’Amphithéâtre du Pont de Claix, à une représentation du dernier spectacle de la Cie INFINI DEHORS, Marchand de Souvenir (création 2014), qui explore la légende orale moyen-âgeuse de la Belle Justine.

La représentation s’est suivie d’une phase de réflexion et de recherche. Nous avons organisé une « grande collecte de souvenirs légendaires ». Chaque élève s’est ainsi vu confié la tâche d’aller recueillir une histoire singulière auprès de quelqu’un qui lui est cher, de la rapporter et de la raconter au groupe. À partir cette « matière orale » recueillie s’est amorcée la phase d’écriture.

Au cours d’ateliers d’écriture – guidés par Elisabeth Chabuel (dramaturge de Marchand de Souvenir) – les élèves ont progressivement choisi des mots et mis sur le papier leurs histoires. C’est sur la base de leurs textes que le spectacle Va, vis et deviens ! – présenté le 9 juin 2016 à l’Amphithéâtre du Pont de Claix – a vu le jour.

Ensuite, encadrés par Natacha Dubois (commédienne dans Marchand de Souvenir), en charge de la mise en scène du spectacle, les petits auteurs en herbe sont devenus commédiens, et leurs histoires, de l’écrit, sont revenues à la parole et à l’oralité.

Les textes des enfants

Vous pouvez ici lire deux extraits de textes écrits par les élèves de 6ème du collège Moucherotte (désormais Nelson Mandela) du Pont de Claix lors des ateliers d’écriture dirigés par Élisabeth Chabuel.

Extrait 1

Mesdames et messieurs,
Bonjour et bienvenue,
Un jour je suis venu, ici à l’Amphithéâtre, avec ma sœur et mon père pour voir le spectacle : Ahmed Silla avec un grand A. Je vais vous raconter l’histoire de Ahmed Silla. Je voudrais être comme lui. Je voudrais être connu comme lui. Je voudrais aller à l’école de la Comédie à Paris.
Je voudrais devenir un artiste avec un grand A.
Dans son spectacle Ahmed Silla fait parler son grand-père et dit :
“Aujourd’hui en France, tu as le choix. Alors Va vis et deviens !”
Ici aujourd’hui vous allez assister à notre petite mythologie.
Va vis et deviens !
Un jour j’étais en Algérie avec ma famille
Un jour j’étais dans les nuages
Un jour j’ai fêté mes 11 ans, le 13 août.
Un jour j’étais au parc avec Léna et Sophia
Un jour j’étais gros Un jour j’étais maigre
Un jour j’étais à table
Un jour j’étais comme les autres
Un jour j’étais gentil Un jour j’étais méchant
Un jour j’étais en 6ème 4 Un jour j’ai été collé
Un jour j’ai été concentré
Un jour j’étais un livre j’avais beaucoup de pages
Un jour j’étais le ciel je pouvais tout voir
Un jour j’étais poursuivie par la police
Un jour j’étais en Turquie
Un jour j’étais dans un cercueil j’étais recueilli sous la terre où m’a vie s’est arrêtée
Un jour j’étais sans respiration
Un jour j’étais architecte j’avais fait des plans de maison
Un jour j’étais à Paris j’avais visité la Tour Eiffel
Un jour j’étais invisible, je pouvais me cacher facilement
Un jour j’étais dans un restaurant j’avais mangé des sushis
Un jour j’étais une montre, j’avais trop mal à la tête Un jour j’étais des chaussures, je puais.
Un jour j’étais le château de Versailles, j’étais beaucoup visité
Un jour j’étais un professeur j’avais trop mal à la gorge Un jour j’étais un patron, j’étais trop méchant.
Un jour j’ai rencontré un loup et je l’ai adopté
Un jour j’ai passé mon loup à Marwane et mon loup l’a tué
Un jour j’avais ramené mon loup au collège et il a tué tout le monde et après je l’ai tué car il avait tué trop de monde.
Un jour j’étais en maternelle
Un jour j’étais en CP
Un jour j’étais en CE1
Un jour j’étais en CE2
Un jour j’étais en CM1
Un jour j’étais en CM2
Un jour j’étais en 6ème avec mes meilleurs amis Djébril et Ahmed que je connais depuis que je suis petit
Un jour j’étais dans le ventre de ma mère
Un jour j’étais petit Un jour j’étais heureux
Un jour j’étais à l’hôpital pour voir mon frère
Un jour j’étais content
Un jour j’étais électronique Un jour j’étais différent
Un jour j’étais très dur comme l’acier
Un jour tout le monde se moquait de moi
Un jour j’étais à l’école mais je suis plus revenu
Un jour il y avait la foule Un jour j’ai sauvé quelqu’un
Un jour j’ai reçu le prix Nobel de la ville
Un jour j’étais un héros
Un jour on m’a aimé
Un jour j’ai appris que la différence n’était pas importante
Un jour j’étais au tunnel du mortier et j’ai ramassé 51 fossiles
Un jour j’étais à la montagne et j’ai ramassé un énorme quartz
Un jour j’étais dans le bus et j’ai loupé l’arrêt
Un jour j’étais dans le ventre de ma mère
Un jour j’étais dans une boite bizarre
Un jour j’étais chez moi dans un berceau sans pouvoir en sortir comme une prison
Un jour j’étais amoureux Un jour je t’ai aimé
Un jour je t’ai embrassé Un jour j’étais triste
Un jour j’étais comme toi Un jour j’étais avec toi
Un jour j’étais avec mon ami Un jour je t’ai détesté
Un jour j’étais chez moi j’avais beaucoup mangé mais j’avais encore faim
Un jour mon histoire se terminera mais pas maintenant

Extrait 2

On ma raconté l’histoire de la peur.
Il y avait des orages, de la pluie, des loups
On m’a raconté l’histoire qui tue.
On m’a raconté l’histoire de la nuit.
Il était minuit et la lune est tombée
Il y avait de la rage, des aventures.
On m’a raconté l’histoire sauvage.
Il y avait des éclairs et un loup.
Le loup était blessé, j’allais pour le sauver mais il était mort.
Je pleurais.
On m’a raconté l’histoire d’un soir, il faisait nuit et noir - sombre – il n’y avait pas d’étoiles.
Il y avait une tempête de vent et les arbres tombaient.
Il y avait du sang sur l’herbe et tout le monde rentrait chez soi.
On m’a raconté l’histoire d’un village à la montagne, dans ce village il y avait un enfant qui n’arrêtait pas de mentir. Il gardait des chèvres et un jour il a dit : Au loup ! Au loup ! Tout le monde à eu peur et est parti se réfugier dans une maison. Mais c’était une fausse alerte !
Deux jours plus tard, il a dit “Au loup ! Au loup !” Tout le monde est allé se réfugier mais c’était encore une fausse alerte.
Le troisième jour il a dit “Au loup ! Au loup !” Et personne ne l’a cru. “Le loup est vraiment là !” Il disait.
Il ne mentait pas. Un loup sauvage est entré dans le village. Ils étaient tous affolés. Il n’ont même pas eu le temps de se réfugier dans…
Que le loup les a tous MANGÉS !
On m’a raconté l’histoire d’une famille très gentille qui habitait dans une ville en Tunisie. Les parents et quatre enfants. On m’a raconté l’histoire d’une femme morte à cause d’une maladie. Mais heureusement il y avait le papa. On m’a racontait l’histoire du papa qui s’est remarié avec une autre femme.
Mais la femme était méchante avec les enfants, elle les tapait, elle ne leur donnait pas à boire et à manger. On m’a raconté l’histoire de ces quatre enfants qui se sont dit : “si on partait de cette maison”. Les enfants sont partis dans une autre famille.
Dix ans après les enfants avaient grandi. Ils sont partis chercher du boulot. Une fois, une des filles est sortie se promener, elle a vu un homme pauvre, elle est aller le voir, elle a dit : “Papa ! Qu’est-ce que tu fais là ?” Le papa à raconté son histoire.
On m’a raconté l’histoire d’un petit orphelin la nature l’avait appelé Poucet lui qui était si petit.
On m’a raconté l’histoire d’une petite fille qui avait des pouvoirs magiques elle avait de longs cheveux blonds. L’éclat se reflétait dans ces cheveux. Elle était si jolie.
On m’a raconté l’histoire de ce fameux lapin qui court tout le temps en disant “Je suis en retard. Pas le temps”
Un jour je l’ai vu. Quelle chance ! Je l’ai suivi et je suis entré dans un trou et je suis tombé. J’ai mangé du gâteau et j’ai rapetissé…
On m’a raconté l’histoire de Hansel et Gretel. On m’a raconté que leurs parents étaient très très très pauvres. Et qu’ils ont décidé d’amener les enfants dans la forêt pour se débarrasser d’eux. Ensuite dans un tronc d’arbre ils dormaient.
On m’a raconté qu’Hansel et Gretel ont marché des heures jusqu’à une belle maison en sucrerie. Et comme ils avaient très faim ils ont grimpé sur le toit pour manger et là d’un coup la porte de la maison s’est ouverte…
On m’a raconté l’histoire de mon arrière grand-père. Il vivait en Normandie quand il jouait dans les champs avec ces moutons, il voyait des bombes dans le ciel. A cette époque, il était encore jeune et il se disait : “Tiens les bombes voyagent dans le ciel”.
Mais non. Il avait peur car le ciel gris ne lui faisait penser qu’à la guerre.
On m’a raconté l’histoire de la guerre et il y avait 102 707 morts.
On m’a raconté l’histoire d’une riche qui s’appelait Marie Antoinette
On m’a raconté l’histoire de 4 soldats qui ne mangeaient que des fayots, du cassoulet, du fromage et du pain dur. Le reste pour le peuple !
Le chips pour le peuple !
Les Factures pour le peuple !
Ils galopaient jours, nuits, jours, nuits, jours, nuits.
C’est pas parce que je dis ça qu’il faut jouer avec l’éclairage, hein !
Ils étaient amis avec les baleines, les cachalots, les chevaux.
Il y a 200 ans, aucun envahisseur ne s’introduisait en Angleterre, car ils faisaient fuir leurs ennemis avec leur pets. Ça puait tellement que toute l’Angleterre portait des masques à gaz. Voilà pourquoi c’est la paix en Angleterre depuis 200 ans.
On m’a raconté l’histoire du poirier avec ses poires. Ce poirier n’était pas comme les autres, il avait des vers sur ces poires, et le pauvre, personne ne voulait manger ces fruits.
Mais le poirier était intelligent, tous les jours, il prenait le tuyau d’arrosage et arrosait ses poires. Le poirier était triste que personne ne mange jamais ses poires.
Un jour un enfant passe devant le poirier et prend une poire.


Conter à l'infini >