À propos de nous

Il y a toutes les questions que peut se poser un artiste sur le sens, les buts de son processus de création. Et il y a le rôle des arts que n’a jamais pu éliminer aucun régime politique, aucune société, qui est de donner sens à la notion de communauté humaine et de lutter contre l’individualisme. Ce rôle est plus précieux aujourd’hui encore que dans toutes les époques qui ont précédé, parce que l’individualisme est plus grand encore.
Voilà, selon nous, le dessein auquel les arts se doivent d’aspirer. Creuser la possibilité d’un meilleur vivre ensemble. Recréer l’optimisme. Regarder vers l’infini dehors.

La compagnie

La Cie INFINI DEHORS [*] est créée en 2007, à Grenoble, à l’initiative de Natacha Dubois. L’intention était de mettre en place un espace dans lequel différentes disciplines pourraient se côtoyer. À travers la danse, les marionnettes, la vidéo, la musique et la performance, notre équipe cherche à offrir une vision sensible du monde et à accompagner le spectateur dans une découverte d’imaginaires. Les formes spectaculaires et musicales que nous mettons en place sont basées sur des textes théâtraux, poétiques ou documentaires.

Nos spectacles

Après avoir fait l’expérimentation des écritures de plateau – charnières de la dramaturgie du XXème siècle –, tel que Le dieu Bonheur de Heiner Müller (forme musicale et déambulatoire créée en mars 2008 au Théâtre de Création – Grenoble) et Pour en finir avec le jugement de Dieu d’Antonin Artaud (oratorio-rock créé en mars 2009 au Théâtre de Création – Grenoble ; spectacle lauréat du festival Nanterre sur scène en 2010), nous travaillons désormais avec des auteurs contemporains associés à nos projets de création. Considérant l’écriture du texte comme partie intégrante du processus scénique, nous créons désormais la matière à partir de laquelle nous travaillons.

Nous avons travaillé avec Elisabeth Chabuel sur 7 44 (récital-concert créé en juin 2008). Le texte est le résultat d’une performance poétique où l’auteure raconte les souvenirs de sa mère, enfant dans le Vercors lors des événements de juillet 1944. Spectacle pour deux voix et une guitare électrique, 7 44 dépeint la guerre, l’exil et la survie. Il travaille sur la mémoire, notamment la transmission de cette dernière. Plus que les confronter au passé, il amène les spectacteurs à s’interroger sur le présent, sur notre rapport à l’histoire, sur la condition humaine.

Suite à ce travail, nous nous sommes penchés sur l’histoire de la femme et la question de l’« être femme ». En collaboration avec Natacha Dubois, Flora Donars a écrit le texte de Juliette R., forme fragmentaire autour de l’histoire d’une femme tondue à la libération (créée en mars 2012). Puis, Natacha Dubois a écrit le texte de NA ! Qu’est-ce qu’une femme ?, un spectacle à caractère hybride, qui mêle théâtre documentaire, image, corps et musique (créé en 2013 au CDN de Besançon).

Nous avons ensuite creusé la question de la représentation de la femme en explorant les figures féminines des contes et légendes. En novembre 2014, nous avons créé Marchand de souvenir d’Elisabeth Chabuel (Théâtre 145, Grenoble), un oratorio rock – voix et guitare électrique – qui redonne souffle au personnage, mi-femme mi-cochon, de la légende de la Belle Justine.

Depuis 2015, avec De quoi conter à l’infini ! et Et la neige disparaît…, nous nous intéressons à la figure de Blanche Neige. Revers de la Belle Justine, qui évoque le monstrueux et la laideur, Blanche Neige incarne la beauté. Outre la femme, son corps et la place qu’il prend dans la construction des individus, nos dernières créations explorent également le thème du passage à l’âge adulte. Elles s’adressent plus particulièrement à un public jeune. Créées au plus près des adolescents, elles font écho aux observations faites au cours des projets pédagogiques que nous menons depuis plusieurs années.

Nos projets pédagogiques

« La maturité de l’homme : cela veut dire retrouver le sérieux que l’on avait au jeu, étant enfant. »
(Friedrich Nietzsche, Par-delà le bien et le mal)

La Cie INFINI DEHORS aime investir des espaces non-théâtraux et jouer à déplacer le regard des occupants. Il suffit de peu de chose. Un personnage traverse une cour de récréation et le temps s’arrête. Parmi les élèves, les trajectoires dévient. L’événement est créé. Et si ce personnage revient…

Introduire le théâtre dans une école, un collège, c’est arriver avec un autre rapport au temps et aux espaces, proposer un autre accès au savoir et au travail. Nous possédons un outil puissant pour l’ouverture les écoutilles et l’accès à l’enfance, et à partir de là, à la puissance de l’imagination et du désir. Et en embarquant les jeunes avec nous, en créant un groupe, en les confrontant à leurs émotions, nous expérimentons véritablement le vivre ensemble.

Outre de nombreux projets de passage, la Cie INFINI DEHORS a réalisé plusieurs résidences d’artistes en milieu scolaire. Elle a notamment posé ses bagages pour deux ans (2015-2017) au collège Le Massegu (Vif, 38) – projet en partenariat avec le conseil départemental de l’Isère et la Drac Rhône Alpes – et pour un an et demi (2016-2017) à l’école Paul Langevin (Saint Denis, 93) – projet Fondation de France en partenariat avec le Théâtre Gérard Philipe CDN de Saint Denis. Cette saison (2017-2018), la compagnie s’installe au collège Les Mattons (Vizille, 38) – projet en partenariat avec le conseil départemental de l’Isère, la Drac Rhône Alpes et l’Amphithéâtre du Pont de Claix.

Dramaturgie

Si les textes des dernières créations de la Cie INFINI DEHORS sont des commandes d’écriture ou des écritures de plateau, c’est parce que pour nous l’écriture de ce qui se passe au plateau se fait dans un même mouvement de création que les mots que nous allons partager. Ce qui nous guide, c’est avant tout un travail de recherche : comment mettre en corps et en mots telle ou telle question, intuition ou problématique sur laquelle nous avons choisi de mettre le doigt ? Il est donc important d’avoir accès à chaque rouage de la création d’un spectacle. Les aller-retours entre le plateau et le bureau de l’écrivain sont pour nous d’une grande importance parce que le corps disant et le corps écrivant n’ont pas besoin de la même temporalité, mais se nourrissent cependant l’un de l’autre.

De plus, nous aimons penser une place particulière pour le public dans nos dramaturgies. Cette place se construit dès la création de l’ossature dramaturgique du projet. Nous nous accordons à ce que la parole soit toujours donnée à entendre à l’oreille, au corps qui est là pour écouter. Nous aimons chercher la façon la plus forte de faire entrer le spectateur dans notre monde, penser l’entièreté de la salle comme scénographie, rendre le spectateur actif, jusqu’à sortir des théâtres et expérimenter l’espace public.

Quelques passages des textes – matière de nos créations –, ainsi que les notes dramaturgiques de leurs auteur-e-s, sont en ligne sur le site.

Les artistes

Artistes associés aux projets de la compagnie :

Le bureau

Contacter la compagnie

INFINI DEHORS / Théâtre
13 Place Grenette
38 000 Grenoble

theatre[at]infinidehors.org

Suivez-nous sur facebook !

Nos partenaires, collaborateurs et amis