« Et la neige disparaît ...

Traversée

Texte : Estelle Savasta
Collaboration artistique : Aude Pons
Avec : Natacha Dubois Scénographie : Tristan Dubois Lumières : Lucas Delachaux
Son : Nourredine Slimani

Co-production : Amphithéâtre du Pont-de-Claix, doMINO - association pour le soutien à la création jeune public
Avec le soutien de : Espace 600 (Grenoble), Train Théâtre (Valence), Théâtre des Pénittents (Montbrison).

Note d’intention

Depuis maintenant trois ans, nous travaillons avec le jeune public autour de la question du devenir adulte et particulièrement du devenir femme. Lorsque en 2015, Lucie Duriez directrice de l’Espace 600 met Traversée entre mes mains, c’est un coup de foudre ! En même temps que je pleure comme une enfant, je vois dans l’histoire de la migration de cette jeune fille un moyen d’aborder cette question difficile auprès des enfants.

Les origines, les migrations, le vivre ensemble sont des questions importantes, chargées de la peur d’un avenir incertain et de la « crise » qui selon les médias n’en finit pas de venir. Reflet de notre société, une école est chargée des tensions que l’on trouve dans la rue. Adresser à la jeunesse un projet sur la migration avec la poésie et la simplicité qu’impose Traversée prend aujourd’hui tout son sens. Le texte d’Estelle Savasta parle de la migration comme on parle de l’humain, avec une simplicité essentielle et sans entrer dans des problématiques géo-politiques. Il n’y a pas d’époque. Il n’y a pas de mention de pays ni de départ, ni d’arrivée. Il y a face à nous Nour, qui nous raconte son périple et une histoire d’amour maternelle forte. Il y a face à nous quelqu’un qui est arraché de chez lui et qui, dans ce mouvement, grandit et devient femme.

Nour, petite fille déguisée en garçon, traverse le monde en passant à travers les mailles des filets. Une fois arrivée, elle réussit scolairement. Elle aime apprendre. Elle reçoit ses papiers. Elle trouve un travail. Traversée est une histoire heureuse, elle l’est d’autant que c’est une histoire ouverte : au spectateur de choisir si Nour va rester, ou si elle va rentrer pour retrouver sa mère. Comme un conte, Traversée pourrait être l’histoire que se raconte un Homme avant d’oser quitter chez lui.

Avec Traversée, je crois qu’il est possible de créer un dialogue juste, sur la question de la migration, d’ouvrir les yeux d’enfants qui n’auraient eu accès qu’aux images du journal télé ou d’apaiser des enfants se sentant plus que d’autres issus d’une immigration. Traversée est une sorte de bulle d’espoir. J’ai la certitude que la confiance en l’avenir est la plus puissante source de réussite. Il est important de montrer aux enfants (et aux adultes) les difficultés et les problématiques auxquelles notre monde est et sera, sans doute de plus en plus, confronté — mais il est aussi tellement important de leur donner des armes pour rêver le futur de notre monde.

Natacha Dubois Comédienne et metteure en scène

Le texte et l’auteure

Estelle Savasta - l’auteure

Auteure et metteure en scène, Estelle Savasta a été assistante de Gabriel Garran et de Wajdi Mouawad. Elle fonde la compagnie Hippolyte a mal au cœur en 2005. Au fil des spectacles, le désir d’écrire ses propres textes s’accroît. Le travail d’Estelle Savasta prend racine dans le milieu qu’elle intègre : un centre d’art pour malentendants, des migrants ou des adolescents. En 2007, elle écrit Seule dans ma peau d’âne, nommé aux Molières. En 2011, elle crée Traversée dans une version bilingue français et langue des signes. Puis, elle écrit et met en scène Le Préambule des étourdis et Les Lettres jamais écrites. Elle est artiste associée au Grand Bleu à Lille et à La Garance – Scène nationale de Cavaillon.

Traversée - l’histoire

Depuis toujours, Nour vit avec sa mère adoptive, Youmna, dans le cocon de leur petite maison. Elles partagent une langue qui n’appartient qu’à elles, la langue des signes, et le secret qu’un jour la véritable mère de Nour écrira pour dire à Nour de la rejoindre. Nour devra partir dans un pays où la vie sera meilleure, où elle pourra aller à l’école, apprendre un métier et devenir femme. Un jour effectivement, une lettre arrive et Nour doit quitter sa vie, elle doit traverser. Elle emporte une petite boite que lui confie Youmna en lui disant de ne l’ouvrir qu’un jour heureux, le premier jour de sa vie de femme. Déguisée en garçon, elle va de passeur en passeur, elle traverse le monde. À la fin de la pièce, lorsqu’elle a trouvé place dans une nouvelle vie, lorsqu’elle a des papiers pour aller et venir, Nour ouvre enfin la boite. Dedans, il y a une lettre de Youmna lui disant que sa véritable mère, c’est elle, Youmna. C’est Youmna qu’elle quitte, le périple qu’elle fait et son chemin pour devenir femme que Nour nous raconte tout au long du texte.

Traversée est publié à l’École des loisirs en 2013.

Calendrier

Le calendrier sera mis à jour prochainement.


« Et la neige disparaît ...